"En la Tynaz" dans les gorges de la Vièze de Morgins. Guidée par un bisse chutant sur une roue horizontale munie de palettes, l'eau anime comme autrefois l'arbre vertical du moulin.

Faire tourner la meule, décortiquer et moudre le grain constituent certes ses premières opérations. Toutefois, rapidement on l’utilise aussi pour broyer les fruits et les oléagineux piler le chanvre. Au fil de l’histoire et par souci de rentabilité, on installa un pressoir à proximité. Lors des fêtes le moulin du bas est en activité ainsi que la forge. L’eau, toujours captive entraînait aussi un foulon à chanvre puis, en passant sous la forge actionnait une scierie.

Renaissance sur la Tine

La forge, rachetée en 1936 par Charles Maire, puis abandonnée en 1949. En 1995 le forgeron taillandier Charles Maire décide de léguer tous ses outils à la commune de Troistorrents. Un véritable trésor !

Le forgeron Charles Maire ayant repris du service pour l’occasion, proposait au public de découvrir ce que fut le travail de forgeron jusqu’en 1936. Charles Maire nous ayant quitté en 2005, c’est son fils Philippe qui reprit le flambeau.

Réinstallée au Rez du bâtiment d’origine, ce nouvel espace sur la forge servira à des expositions. La forge a été restaurée avec son foyer et son soufflet.

Utilisation de la farine pour de petites gourmandises

La boulangerie Pousaz à Troistorrents confectionne gratuitement pour les VIMOTI les pains avec la farine des moulins.

Cookie consent declaration
By continuing to browse this site, you agree to the use of cookies to improve your user experience and to compile visit statistics.